Présentation de votre parcours et de l’équipe de direction :

Après 20 ans dans des établissements publics de recherche, sur des fonctions diverses, j’ai intégré l’UFR de médecine de Paris Diderot en tant que Chef des Services Administratifs (CSA), en septembre 2016. Depuis janvier 2020, je suis également CSA par intérim de l’UFR de médecine Paris Centre.

L’équipe de direction des UFR de médecine Paris Centre et Nord est composée également de trois CSA adjoints : Virginie Dudons, actuellement à Paris Centre, Didier Vennekens et Charles-Henri Sambet, actuellement à Paris Nord. Chacun exerce ses missions dans son UFR d’origine et prépare la suite dans son domaine de compétence. Virginie Dudons est dédiée aux ressources, le bâtiment et la logistique sont encadrés par Didier Vennekens et Charles-Henri Sambet est appui à la pédagogie, dans une démarche collective.

Comment se construit l’UFR de médecine unique ?

Le travail de rapprochement des deux UFR de médecine Paris Nord et Centre a été initié il y a plusieurs mois maintenant et s’intègre dans la logique, à la fois, de la création d’Université de Paris et de la réforme des études de santé. Nous avons également choisi d’être accompagné par un cabinet de conseil, ConvictionsRH, afin de construire, au mieux, ensemble, l’UFR de médecine unique. Cette co-création, passe par des étapes d’audit, en prenant en compte la parole de chacun et les process en cours dans les deux UFR afin d’homogénéiser les pratiques et de trouver les méthodes et l’organisation les plus efficientes pour offrir un service public de qualité à nos usagers et un environnement de travail optimal pour les équipes.

Les travaux de cette création sont engagés en parallèle à plusieurs niveaux sur :

  • La politique est définie sous l’impulsion des Doyens de Faculté et d’UFR ;
  • la pédagogie, au travers du travail énorme conduit par les responsables pédagogiques des UFR et des grands sujets comme les 1er et 2ème cycle, le PIR, la simulation, la docimologie, les ECOS… ;
  • l’articulation du pédagogique et de l’administratif via les réunions du comité de suivi de la fusion et le projet de transformation pédagogique (sous la houlette de Jane Brégier, en association avec des équipes d’ingénierie pédagogique) ;
  • l’articulation avec la DGS et les directions d’Université de Paris, avec la Faculté Santé, pour la construction de l’organisation, en particulier au travers de l’accompagnement par Convictions RH.


Quelles sont les principaux objectifs de la création de cette UFR ?

La création de l’UFR de médecine a pour objectif le développement des offres pédagogiques et de recherche pour nos étudiants et enseignants. Nous allons offrir plus de terrains de stage aux étudiants, une plus large lisibilité de l’offre de formation en médecine, maïeutique et filières paramédicales au sein de la nouvelle université et de sa Faculté de Santé. Nous sommes également en train d’imaginer de nouvelles modalités afin de développer des actions sur la base de l’expertise développée dans chaque UFR.

Où en est-on aujourd’hui ?

La promotion de DFGSM2 unique, première à se créer, sera opérationnelle à la rentrée. Nous avons également créé pour septembre prochain un département des sciences infirmières et rééducation (DUSIR) et un département de médecine générale (DMG) uniques.

Sur le plan institutionnel, nous travaillons actuellement à la création effective de l’UFR malgré le ralentissement dû à la crise du COVID-19. Ce travail implique une réflexion sur l’organisation des équipes, l’organisation de la continuité du travail, avec des degrés d’urgence différents selon les domaines d’activité et dans l’articulation avec la Faculté et la Direction Générale des Services. Notre démarche de concertation qui va s’engager, en cohérence avec les processus de concertation d’Université de Paris est continue également. Notre calendrier de création d’une UFR de médecine unique, qui va s’étendre sur 2 à 3 ans, comprend des travaux pédagogiques, en lien avec les réformes des études et la fusion progressive des promotions, pour les 1er et 2ème cycles.